Conakry : la tombe du président Sékou Touré profanée

Publicité

Ad Widget

Un fait inédit s’est produit ce mardi, 14 juillet 2020, à Conakry. Un inconnu s’est introduit par effraction dans le mausolée où repose le premier président de la Guinée, Ahmed Sékou Touré, et plusieurs autres grandes personnalités qui ont marqué l’histoire politique du pays. Il s’est livré à des actes surprenants et incompréhensibles avant d’être interpellé par les forces de l’ordre.

Joint au téléphone par Guineematin.com, Oyé Béavogui, secrétaire général du PDG-RDA, le parti de feu Sékou Touré, est revenu sur la scène.

« On était en réunion du comité électoral, lorsqu’on a été appelés par le petit-fils, qui a été également appelé par le fils de la dame qui s’occupe du mausolée. Ce dernier a demandé à ce qu’on se rende vite sur les lieux parce qu’il y a un monsieur qui aurait mis le feu sur le mausolée. Quand on s’est rendu sur le terrain, on nous a expliqué que le monsieur est venu garer sa voiture près du centre islamique, il est venu défoncer la porte du mausolée et il est rentré. Au moment où il rentrait, il était habillé en civil. Mais, une fois à l’intérieur, il a porté sa tenue de gendarme.

Il a mis le feu sur le drapeau qui avait été placé là-bas par un jeune de la société civile, les tapis de prière qui se trouvaient dans la case ronde au sein du mausolée, mais aussi les pots de fleurs et le coran qui étaient sur la tombe du président Ahmed Sékou Touré. Tout est parti en fumée. Il a marché sur les tombes des différentes personnalités qui reposent là-bas, il a arraché la pierre tombale qui se trouve sur la tombe de Hadja Mafory. Ensuite, il est venu se coucher sur la tombe du président Sékou Touré en balançant de gaude à droite et en faisant des incantations.

Il déversait également quelque chose qu’il avait dans des bouteilles sur la tombe. Plusieurs personnes étaient venues sur les lieux ; mais, personne n’a osé s’approcher de lui parce qu’il avait un sac dont on ne connaissait pas le contenu. C’est ainsi que les forces de l’ordre ont été appelées ; et, les gens du général Sékou Mara sont venus l’arrêter.

Les agents lui ont demandé qui il était et pourquoi il était là-bas, il a dit qu’il ne va pas parler là-bas parce que selon lui, l’affaire est très profonde. Donc, les agents l’ont pris pour l’emmener au ministère de la sécurité. Et, de là-bas, on l’a envoyé à la DPJ (Direction de la police judiciaire, NDLR). Pour le moment, on reste à l’écoute des autorités pour voir ce qu’elles vont dire ; ensuite, le parti va se retrouver pour décider de la suite à donner à cet acte ».

Guineematin.com

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 ⁄ 2 =