Vaincre la violence au Sénégal, une priorité nationale ?

Publicité

Ad Widget

Il y a quelques temps, je dénonçais cette attitude consistant à dresser un tableau apocalyptique du Sénégal. Mais, face à la succession de crimes odieux, je suis horrifiée, peinée et inquiète. Horrifiée par une violence inouïe à l’encontre d’enfants et de femmes; peinée par les souffrances des victimes et de leurs proches; inquiète pour le patient nommé Sénégal. 

Ces viols, meurtres, enlèvements, séquestrations, etc., souvent traités comme des faits divers, ne sont pas anodins. Ils constituent une menace pour notre nation pourtant prompte à s’émouvoir. Si les ndeyssane pouvaient développer un pays, nous serions, sans doute, en tête des puissances mondiales. Malheureusement, passée cette manifestation de pitié, feinte ou sincère, que reste-t-il? Pas grand-chose hormis une salve d’accusations contre les dirigeants et les forces de sécurité voire contre les télévisions étrangères, Internet ou encore Satan. Cette propension à désigner des coupables, sans pour autant nous interroger sur nos propres faiblesses, tares ou incohérences, contribue à fabriquer des criminels.

Il est évident que l’État a la responsabilité de promouvoir les droits humains et de créer les conditions nécessaires à l’épanouissement des populations. Néanmoins, il me semble qu’en tant qu’adulte, nous avons le devoir d’éduquer les enfants, au sens noble du terme, et de les aider à grandir. 

Certains diront que les dures conditions de vie de nombreux Sénégalais ne leur permettent pas de prendre soin d’eux; ils trouveront toutes sortes d’explications à la démission des parents, des enseignants et d’autres personnes censées accompagner les plus jeunes dans la vie. Mais, nous devons réagir car en l’absence d’efforts, individuels et collectifs, ni les lois ni les prisons ne pourront juguler ce mal. 

Tandis que le Plan Sénégal Émergent (PSE) tente de faire son bonhomme de chemin, nous savons pertinemment que le meilleur des projets ne saurait prospérer dans une société malade. 

La violence n’est pas incurable. Nous pouvons la vaincre!

Par Cécile Sow

Source: businessnewsafrica.net

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 6 =