Femmes: L’importance du voile

Publicité

Ad Widget

« Il fait très chaud et tu fermes ta tête ? Elle finira par bouillir. Le voile n’est qu’un objet d’assujettissement. Pourquoi enfermer une telle beauté ? ». Et la frontière est vite franchie. La lecture n’est pas allée au-delà du cliché parfois infâmant à dessein.

Et avec un beau sourire qui souligne l’horizon d’une humanité plutôt achevée et d’une piété avérée, elle a vite fait de rétorquer que sa tête reste voilée et non son cerveau et son intelligence, certainement pour mieux les protéger.

Tu n’as vu que la forme, la surface, la carapace. Tu ne t’es pas intéressé au fond, à la sagesse, à la dimension et à la profondeur spirituelle. Tu n’as fait qu’observer à travers les seules lunettes du ‘‘ moi personnel’’, l’angle d’une dimension transfigurée où tu n’as vu que ta silhouette, sans prendre la peine d’observer avec celles des autres pour apprécier une silhouette différente de la tienne.

Le voile, une question de sens.

 

L’IMPORTANCE DU VOILE SUR LE PLAN SOCIAL

Plus qu’une précieuse perle diamantine et à l’image de tout trésor dont l’emballage participe même de l’embellissement, la femme musulmane jouit d’un statut particulier où la forme et le fond se confondent dans un même moule harmonieux pour lui restituer toute la splendeur de son humanité.

Loin d’être un artifice ou un simple morceau de pagne, le voile constitue un outil de protection de la femme dans l’espace social. « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : Elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. ALLAH est Pardonneur et Miséricordieux » S 33 V 59.

Ainsi révélé, le voile représente une carte d’identité, une marque distinctive et un témoignage de valeur et de vertu dont la femme fait montre dans l’espace sociétal. Il est un bouclier qui indique à l’homme qu’il a en face de lui, une personne qui mérite respect et considération.

Il est un message que la femme livre à l’œil extérieur sur son choix de vie qui est celui de la bonne moralité, de la chasteté, de la pudeur et de la piété.

C’est pour cela que lorsque le voile fut révélé, toutes les femmes qui le portaient n’étaient plus prises à partie par les hommes dans les rues, parce que le voile est un écran protecteur contre toute velléité machiste et libidinale.

Le comportement de l’homme de la rue est totalement différent envers une femme voilée et une femme qui porte des habits laissant entrevoir toute la finesse de son corps, si à cet accoutrement, elle y allie pudeur et délicatesse. La décence en Islam intime à la femme musulmane, l’injonction d’un habillement qui protège toute sa sensualité physique. Son habillement ne doit ni être trop moulant, ni trop collant, ni transparent pour laisser entrevoir toutes ses courbures physiques, ce qui peut susciter chez l’homme ordinaire, des envies et des désirs foudroyants.

Le voile est ainsi, pour la femme, une protection pour elle, mais aussi pour l’homme même qui résiste difficilement à la vue des corps subliminaux. Il distingue la femme et affiche toute sa sublimité et son prestige, mais dans une dimension qui fait barrage à la frivolité et à l’indécence.

Une femme voilée frivole, dévergondée n’a surement qu’un morceau de tissu sur sa tête. Pour jouir de toute la saveur de la révélation, le port du voile doit-être motivé par la recherche de l’Amour d’ALLAH, à travers la valorisation de la décence et de la pudeur, deux approches essentielles de la piété, pour ne pas être un simple artifice ou un objet de décoration.

L’IMPORTANCE DU VOILE SUR LE PLAN SPIRITUEL

Méditons ensemble ce témoignage : « Lorsque j’ai adopté le voile, en arrivant un jour au quartier, il y a avait un fou qui a pris la fuite dès qu’il m’a aperçue. Renseignements pris auprès de lui pour savoir pourquoi il avait fui en me voyant alors que je passais là habituellement sans que cela ne l’émeuve, il a expliqué que lorsqu’il m’a vu, il y avait deux anges gardiens autour de moi et que j’étais enveloppée de lumière, ce qui l’a fait fuir ». Des années après, je retrouve cette sœur devenue une mère de famille, toujours attachée à son voile, nonobstant les réalités de son milieu professionnel, fortifiée par ce témoignage qui a été pour elle, un élément catalyseur de son cheminement spirituel.

Tout acte d’obéissance posé par le croyant par amour pour son Seigneur se manifeste sous forme de lumière, d’onction et de vibration positive, contrairement au péché qui se manifeste comme une tache noirâtre sur le cœur et l’âme du pécheur.

La femme musulmane ne peut que ressentir une quiétude certaine, une extase inexpliquée, une libération intérieure significative, lorsqu’elle fait le pari de porter le voile, non par contrainte ou mimétisme, mais parce que absorbée par la quête de l’agrément divin. ALLAH le Seul et Unique Objectif. « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines…Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. » S 24 V 31.          

Le port du voile en réalité, n’est que l’expression d’une soif spirituelle noble de celles qui veulent le rapprochement par l’obéissance intelligente et non passionnelle aux prescriptions divines. Le voile est le fruit d’un enseignement légiféré et non un instrument de domination ou d’assujettissement de la femme. Il ne vient pas l’enfermer, mais il lui offre l’opportunité de faire valoir toute la richesse de son humanité, par la valorisation de son immense capital spirituel.

Le voile participe de l’habillement de la femme qui obéit nécessairement à des règles et des principes où la pudeur occupe une place de choix. Et la pudeur constitue elle-même, une dimension importante de la foi en Islam.

La femme voilée ainsi illuminée et éclairée ne saurait-être une porte d’entrée pour le diable. La lumière spirituelle que dégage le voile repousse les esprits rebelles et maléfiques et le diable n’habite point un corps pur. Mais pour en arriver-là, le voile ne doit pas être un simple objet de décoration, un simple effet de mode ou un instrument au service de la séduction des hommes. D’ailleurs il importe à la femme de s’interroger chaque fois qu’elle s’habille si elle le fait selon la volonté du Seigneur et si telle que habillée, elle attire le regard et non le courroux du Seigneur.

Il n’est point possible d’atteindre un stade de sainteté avérée avec une tête décoiffée.

Ce qui ne veut pas dire qu’une femme non voilée n’a pas la foi ou n’est pas sincère dans son cheminement. Mais quels que soient les efforts consentis, elle n’aura les mérites du port du voile sans le porter, juste une vérité de polichinelle. Pour preuves, jamais vous ne verrez la tête d’une femme reconnue pour sainte dans le long cycle de la révélation monothéiste étant décoiffée et c’est le cas de la Sainte et Vierge Marie. N’est-ce pas pour cela que les récits bibliques indiquent que l’apôtre Paul faisait de son port, une obligation pour toute femme dans le cadre de l’observation de la prière ? (1 Cor 11,5). Le port du voile par les femmes n’est pas qu’un simple effet de mode. Il constitue toute l’expression de leur servitude et de leur dévotion à la cause de leur univers de croyance.

En vérité, l’Islam a vu vrai et juste. Il n’a fait que restituer à la femme musulmane, toute la quintessence de sa splendeur et de la finesse de sa féminité. Le voile ne fait pas d’elle un être entièrement à part, mais un être à part entière avec une dimension de noblesse inégalée qui force le respect, l’estime, la confiance et l’admiration.

Ce voile, tel que perçu ne peut être condamné que par ceux qui n’ont vu en la femme qu’une fade dimension édulcorée où sa valeur est marchandée à la dimension de sa capacité à s’exposer et à se laisser utiliser comme un objet marchand.

Au demeurant, ce qui vaut comme attitude digne et juste, c’est de laisser chaque femme s’habiller tel que cela lui convient, au nom d’une liberté et d’une égalité partagée, tant que cela ne porte pas une atteinte grave aux mœurs collectives.

Sur ce point, est-ce la femme voilée, l’expression de l’indécence et du désordre moral ? Juste une réponse de bon sens.

Esprit Magazine

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 24 =