Développement de l’Afrique: Femmes en avant !

Publicité

Ad Widget

Elles sont en marche, tirant avec elles, le décollage de leur continent. Même malmenées, elles sont confiantes. Convaincues de l’évolution de leur posture, elles s’arc-boutent à croire qu’elles y ont un rôle à jouer. Pour le développement de l’Afrique, femmes : en avant !

Elles veulent porter le développement de leur continent. Dans cet espace géographique marqué et dominé par la politique, elles  s’y sont incrustées, parfois sans porter de gants. En Afrique sub-saharienne en effet, 22,3% des parlementaires sont des femmes en 2015, contre 8% en 1995. Un grand pas donc pour le continent, qui se positionne dans la moyenne mondiale (22,1% en 2015).  Une ascension dopée par l’élection à la présidence du Libéria  de  Ellen Sirleaf Johnson, par ailleurs première femme Chef d’État en Afrique.

Ce n’est pas tout. Au Rwanda, deux tiers des parlementaires sont des femmes.

Dans le domaine économique, elles marquent de plus en plus de points et gagnent du terrain. La société africaine est en mouvement de ce point de vue. En Afrique, les femmes sont de plus en plus nombreuses à diriger une entreprise. 42% des microentreprises sont ainsi dirigées par des femmes, même si la plus grande difficulté consiste ensuite à faire fleurir l’activité et à étendre la taille de l’entreprise car seules 13,6% des petites et moyennes entreprises (PME) ont une femme à leur tête, leur percée demeure croustillante.

En Côte d’Ivoire l’exemple le plus visible est celui de Jeanine Kacou Diagou. Directrice de la plus grande compagnie d’assurances d’Afrique francophone,  présidente des anciennes filiales ouest-africaines de la nigériane Diamond Bank, rachetée par NSIA en novembre 2017.

Au Nigeria, Ibukun Awosika est la première femme à occuper le poste de PCA de First Bank Nigeria. Plusieurs fois récompensée en tant que dirigeante, elle est la fondatrice et la directrice générale de Chair Centre Group, qui fournit du mobilier de bureau et des systèmes de sécurité pour les banques. Awosika est membre du réseau entrepreneurial Aspen Global Leadership et l’auteur du livre Business, His Way, qui met en valeur une approche chrétienne des affaires.

Au niveau technologique les femmes ne se sont pas à la traîne. L’Ivoirienne Fatim Cissé, CEO de Dux  porte l’étendard d’une Afrique porteuse d’espoir dans ce domaine. La femme « bionique » se dit d’ailleurs, très optimiste pour le développement de l’Afrique avec la technologie comme levier fondamental.

Autre volet, le sport. Il n’a pas qu’un enjeu distractif. Il est l’un des moteurs du développement de l’Afrique. De sa capacité à rivaliser avec les grandes nations et à sortir ce continent des a priori d’ailleurs.

Les différents succès des Ivoiriennes Murielle Ahouré and Marie-Josée Ta Lou au 60 mètres des Championnats du monde d’athlétisme en salle de Birmingham sont éloquents.  La Burundaise Francine Niyonsaba, qui  s’est imposée championne du monde du 800 mètres en est une autre démonstration ou encore Tegla Loroupe, l’une des femmes les plus rapides du monde et première Africaine à remporter le marathon de New York, pour ensuite s’investir financièrement dans la promotion de la cohésion sociale au Kenya, atteste que les femmes du continent sont engagées, chacune dans son domaine à sortir l’Afrique de son sommeil.

Certes beaucoup reste à faire, mais  le ton est donné, et la démarche amorcée.

Esprit Magazine

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 × 1 =