La courtoisie, un vrai enjeu du développement

Publicité

Ad Widget

Quand on parle de courtoisie, nous avons tendance à penser qu’elle n’a son importance que pour nos obligations du vivre ensemble et de la bienséance.

Nous ne réalisons pas combien la courtoisie, la politesse, l’amabilité, bref la civilité ont une portée bien plus grande et un impact qui va bien au-delà des simples convenances.

Est-ce que vous réalisez que dans toutes les interactions que nous avons avec une personne, il y a toujours au moins une occasion pour un « bonjour », un « s’il vous plait » et certainement bien plus pour un « merci » ?

Faites l’expérience la prochaine fois que vous achetez un journal en bordure de route ou un magazine dans une librairie ; quand vous allez juste prendre votre baguette de pain à la boulangerie ; quand vous allez à la banque ou tout simplement quand vous êtes à table en famille.

Nos langues, celles que nous avons apprises à la maison ou à l’école, ainsi que nos coutumes, sont truffées d’expressions de prévenance, de règles de politesse et de grande délicatesse.

Et c’est bien à dessein.

Les évènements que nous avons tristement vécus ces dernières semaines, nous situent clairement sur l’importance, quelles que soient les circonstances, de savoir garder et maintenir les bonnes manières.

Ces évènements nous montrent combien, en toutes occasions, il faut savoir faire preuve d’une grande retenue, d’une extrême courtoisie.

Les personnes qui se conduisent de façon qui sied au moment, parce que, tout en elles, exprime le respect qu’elles ont pour les autres même quand elles sont en colère, elles dégagent quelque chose qui nous donne envie de les connaître et de leur ressembler.

La plupart d’entre nous, et je me compte bien parmi nous, pensons que nous sommes des personnes courtoises. Ce n’est malheureusement pas toujours vrai.

Nous sommes capables dans des conditions confortables, de démontrer un grand élan de civilité envers les autres.

Cependant, plus nous sommes pressés, plus nous sommes stressés, plus nous avons tendance à oublier d’être courtois.

Il suffit juste de regarder la manière dont nous conduisons.

Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous admettrons que nous oublions souvent de dire « merci » ou d’exprimer proprement notre gratitude aux autres ; que nous avons tendance à rapidement brûler la politesse, à couper la parole aux autres pour parler sans toujours vouloir écouter, et que souvent, nous ne sommes pas disposés à faire la queue et attendre notre tour, parce que nous estimons que ce qui nous préoccupe et nous obsède, est plus sérieux ou demande une attention plus rapide que celle due aux autres.

Il ne faut pas qu’il en soit ainsi

Parce que la courtoisie n’est pas seulement une discipline à observer pour des raisons de convenance sociale.

En effet, de combien d’affrontements, de combien de conflits aurions-nous pu faire l’économie, combien de disputes et bien pire aurions-nous pu éviter, si nous étions juste un peu plus courtois ?

Quelle que soit l’urgence ou l’importance de ce qui nous presse, quelles que soient les circonstances, nous devons nous attacher à respecter ces quelques règles élémentaires de courtoisie :

1. Faire la queue sans essayer de prendre la place des autres ;

2. Céder courtoisement le passage ou la place aux personnes âgées et aux femmes enceintes ;

3. Remercier et se montrer sincèrement reconnaissants envers les personnes qui nous aident ;

4. Éviter soigneusement de ne pas couper la parole aux autres ;

5. Ne pas s’inviter où nous ne sommes ni attendus, ni désirés ;

6. Avoir une seule parole et tenir nos promesses ;

7. Savoir garder un secret ;

8. Respecter les opinions et les croyances des autres ;

9. Ne pas se mêler de ce qui ne nous regarde pas ;

10. Se montrer bienveillant envers les plus petits et les plus faibles que soi.

Cette liste n’est, évidemment, pas exhaustive. Elle est juste indicative.

Mais, réfléchissons-y un peu : peu importe le nombre d’interactions que nous pouvons avoir durant une seule journée ; la courtoisie et le respect de l’autre ne coûtent rien.

Et pourtant, ils peuvent à eux deux, ensemble, faire tellement de bien et permettre que la vie soit vraiment meilleure pour nous tous !

Et ça, c’est bien plus qu’un enjeu de civilité. Notre développement et notre épanouissement en dépendent.

Ce texte comporte des  extraits du livre de Gilles Atayi

« Les 51 pratiques fondamentales des leaders »

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 + 2 =