Le Fouta a dit non (Par Bocar Harouna Diallo)

Publicité

Ad Widget


Non aux manipulations pour des intérêts électoraux. Le Fouta est relégué au second dans la majeure partie des politiques et programmes de développement. L’heure n’est pas propice pour réunir autant de personnes, on aimerait plutôt voir des réalisations plausibles mais pas toujours des discours aériens prometteurs sans réaction aucune.
Fouta dit toujours à cette comédie politique. Le temps de la parodie et de l’arnaque est révolu.


Non à cette comédie politique, chers frères soyons conscients et évitons d’être des marionnettes. Ces politiques ne se soucient pas de la jeunesse du Fouta mais plutôt de leurs intérêts crypto-politiques.


Le Fouta n’a pas besoin de discours folkloriques inaudibles et fumeux.
Le Fouta a besoin d’être servi, utilisé utilement et dignement. Le Fouta a besoin d’emploi sans discrimination partisane. Le Fouta a besoin d’une valorisation de sa jeunesse si brillante et consciente des potentialités existantes mais mal exploitées.


Le Fouta a besoin d’être choyé par des recrutements et des formations de qualité pour sa destinée intellectuelle, culturelle et économique en main.
Le Fouta a besoin des infrastructures routières, hospitalières et industrielles viables, fiables et fonctionnelles.


Le Fouta a besoin d’être valorisé plutôt que d’être marginalisé et malmené.
Le Fouta a d’une éducation de qualité qui mettra à sa jeunesse d’être opérationnelle et de pouvoir intégrer facilement le bassin de l’emploi.
Le Fouta a des réalisations concrètes mais pas des promesses en l’air.
Le Fouta est conscient de la situation et ne veut plus être considéré comme un bétail.


Le secteur sanitaire du Fouta est moribond. Les infrastructures routières sont inexistantes. Et l’enclavement de certaines en est une preuve tangible. Rappelons nous du témoignage de Alioune Barada Cissé ancien médiateur de la République.


Bocar Harouna Diallo

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: Pape Amadou KANOUTE

Hello, je suis Pape Amadou, journaliste rédacteur web, basé à Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 24 =