PRÉSIDENT, VOUS AVEZ BIEN BALISÉ LA VOIE ! (Par Ibrahima Baba SALL)

Publicité

Ad Widget

Le Président de la République, son Excellence Monsieur Macky SALL, après seulement trois années passées dans l’opposition, a bénéficié le 25 mars 2012 de la confiance du peuple sénégalais qui le porta au pouvoir avec 65,80% des voix.

C’était la confirmation de la maturité politique du peuple sénégalais et en même temps la consécration d’un homme au parcours politique exemplaire qui devenait à cinquante ans, le plus jeune président de l’histoire politique de notre pays.
L’ampleur de cette victoire qui avait des allures de plébiscite exprimait aussi l’immensité des attentes du peuple sénégalais qui fondait de grands espoirs sur son nouveau président.
Toutefois, la situation délicate dans laquelle se trouvait notre pays, liée à la crise financière de 2008 et la gouvernance chaotique de son prédécesseur rendaient sa tâche des plus ardues.

Il fallait donc remettre les Sénégalais au travail et trouver les moyens d’une relance de notre économie presque à l’agonie.
Le Président Macky SALL adopta alors un nouveau modèle de développement pour accélérer la marche de notre pays vers l’émergence à l’horizon 2035, « avec une société solidaire dans un État de droit ».
Ce modèle s’appuie sur la stratégie du Plan Sénégal émergent (PSE) qui dessine les contours de la politique économique et sociale à court, moyen et long terme.

La mobilisation du financement a combiné l’effort interne, l’appui des partenaires et l’investissement privé national et étranger.
Ce plan s’appuie sur trois axes stratégiques majeurs :
1) La transformation structurelle de l’économie qui s’inscrit dans une optique de développement plus équilibré, de promotion de terroirs et de pôles économiques viables afin de stimuler le potentiel de développement sur l’ensemble du territoire ;
2) La promotion du capital humain, passant par une amélioration significative des conditions de vie des populations, une lutte plus soutenue contre les inégalités sociales ;
3) La bonne gouvernance pour le renforcement de la sécurité et de la stabilité, la protection des droits et libertés, la consolidation de l’État de droit et la préservation de la paix sociale.
Ces trois axes, par leur synergie et leurs effets convergents et cumulatifs, devront permettre l’émergence.
La mise en œuvre a abouti à des résultats probants dans plusieurs domaines.
En effet, en matière de croissance, de maîtrise de l’inflation et du déficit budgétaire public, les bonnes performances de l’économie sénégalaise se sont consolidées pendant la période 2012-2019.
Le PSE est porté par un Plan d’Action Prioritaire (PAP) quinquennal, lui-même scindé en deux phases.

La phase 1 (2014-2018) a permis d’enregistrer des résultats satisfaisants dans l’ensemble des secteurs et la phase 2 (2019-2023) est comme une continuité pour conforter ces résultats avec une implication plus forte du secteur privé.
Mais malheureusement la pandémie de la COVID-19 est survenue mettant notre économie à terre avec un taux de croissance passé de 5, 3 % en 2019 à 1,1 % en 2020.

C’est ainsi que le Président Macky SALL a jugé nécessaire de relancer l’activité économique avec la révision de la phase II du PSE dans l’optique d’un développement plus endogène. C’est dans ce sens que le gouvernement sénégalais a mis en place un Plan d’action prioritaire ajusté et accéléré (PAP 2 A) sur la période 2021-2023.
Ce plan s’appuie sur les effets du Programme de résilience économique et sociale (PRES) en réponse à la crise sanitaire. Il a pour principal objectif de stimuler l’investissement privé, de diversifier les moteurs de croissance et de renforcer la résilience économique afin d’atteindre un taux de croissance moyen de 8,7% sur la période 2021-2023.
Les nouveaux projets du PAP 2A sont orientés vers le développement endogène porté par la quête des souverainetés alimentaire, sanitaire et pharmaceutique, avec un secteur privé national plus dynamique.

Le PSE Jeunesse n’est pas en reste. Dans son volet formation et entreprenariat, il ambitionne de promouvoir l’employabilité des jeunes par leur orientation vers la formation professionnelle et leur accès au financement avec la mise en place de structures dédiées comme la DER qui est une sorte de guichet unique pour l’incubation de projets des jeunes issus de la formation professionnelle et des universités.
L’acuité de la problématique de l’emploi des jeunes a conduit le Président de la République à mobiliser de nouveau 350 milliards pour une meilleure prise en charge de cette couche importante de notre population.
Stratégiquement, tout est donc mis en place.

Toutefois, il est vital, pour plus d’efficacité et d’efficience de revoir les modes opératoires en utilisant une démarche plus inclusive impliquant les collectivités territoriales et le mouvement associatif.
Les ministres, directeurs généraux, directeurs et chefs de service doivent aussi s’impliquer davantage dans l’opérationnalisation de cette vision novatrice de son Excellence, Monsieur le Président de la République.

Se sont-ils acquittés valablement de leurs missions ?
Rien n’est moins sûr !
En effet, ces responsables politiques qui sont chargés d’exécuter la politique du Président à la base son, à des exceptions près, inaccessibles pour les citoyens et les militants qui peinent même à les joindre au téléphone, ce qui ne fait que multiplier leurs frustrations.

Ce sont ces frustrations qui ont conduit au désespoir, désespoir qui a occasionné, pour une grande part, ces émeutes regrettables que nous avons vécues.
Ces citoyens ont besoin d’être écoutés et rassurés, comme le Président l’a si bien fait lors de ces récents événements. Cette tâche nous incombe encore plus et nous devons nous en acquitter quotidiennement.

Ressaisissons-nous mes frères et rendons la monnaie au Président Macky SALL que la situation vécue a montré comme un Président solitaire non assisté de la plupart de ses collaborateurs plus soucieux de leurs intérêts propres que de ceux du peuple sénégalais souverain.

Rappelons-vous bien, mes chers frères, cette sentence de Bouddha :
« Le bonheur est né de l’altruisme, le malheur de l’égoïsme. »
Rappelez-vous aussi que le Président Macky SALL est seul détenteur de la légitimité populaire qui lui donne la liberté de nommer qui il veut et quand il veut aux fonctions civiles et militaires.
Alors halte aux invectives et aux récriminations. Soyez plutôt plus courageux pour défendre son bilan et faire face aux attaques dont il est souvent l’objet.

Ibrahima Baba SALL
Député, Maire de Bakel

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: Pape Amadou KANOUTE

Hello, je suis Pape Amadou, journaliste rédacteur web, basé à Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 26 =