(Découverte d’ailleurs) Bamako, capitale aux monuments historiques

Publicité

Ad Widget

Kônôba, monument de la Paix, Bougiba (chandelle), la place CAN, monument du Buffle. Des édifices remarquables qui font de Bamako, capitale du Mali, une prestigieuse ville. Découverte. Ils sont nombreux dans les rues de Bamako et contribuent à l’embellissement de la capitale du Mali. En plus de la touche esthétique qu’apportent ces monuments historiques, ils sont également d’incontournables points de repère.

ROND-POINT KONOBA OU LE MONUMENT DE LA PAIX

Une arche représentant deux mains, tenant haut le globe terrestre sur lequel est posée une colombe blanche, symbolise la paix. Ce monument est situé en face de la cité administrative, un endroit qui regroupe la plupart des départements ministériels.

 LE ROND-POINT BOUGIBA OU DE L’OBELISQUE

Situé à Hamdalaye ACI 2000, un quartier chic de Bamako, l’obélisque comporte des idéogrammes de différentes origines ethniques maliennes sur ses côtés, ainsi que des signes de l’alphabet N’ko (écriture conçue par Solomana Kanté en 1949 comme système de transcription des langues mandingues en Afrique occidentale. Le mot N’ko signifie « je dis » dans toutes les langues mandingues). On trouve au moins quatre idéogrammes de différentes ethnies du pays. Comme celui des Dogons, (ethnie du Mali) qui s’étend de la falaise de Bandiagara au Sud-ouest de la boucle du Niger. Ce lieu est également un rendez-vous des sportifs. Tous les soirs à Bamako, des sportifs de différentes disciplines s’y rassemblent pour s’adonner à des exercices physiques.

LA PLACE CAN

De nombreux monuments ont été réalisés en rapport avec la Coupe d’Afrique des Nations de football 2002 (CAN 2002), organisée par le Mali. La Place CAN est située à Hamdalaye ACI 2000. Il y est érigé le symbole des différentes équipes nationales qui  ont participé à cette compétition ainsi que leurs drapeaux. Cet endroit est devenu un lieu de rencontre et de divertissement pour les enfants.

ROND-POINT « SAMABA » OU ROND-POINT DU GRAND ELEPHANT

C’est en réalité la place Mamadou Konaté, considérée comme le père de l’indépendance du Mali et Premier Vice-président africain-noir de l’Assemblée nationale française. Le monument se trouve à Hamdallaye ACI. L’éléphant est le symbole du Rassemblement Démocratique Africain (RDA), crée à Bamako en 1946 et qui a mené le combat de la lutte pour l’indépendance de nombreux pays africains.

LE MONUMENT DES MARTYRS

Situé à la sortie du pont des martyrs au quartier Du Fleuve de Bamako, le monument des martyrs est un tableau célèbre qui est devenu le symbole de la Révolution de mars 1991. La toile montre un enfant assis en pleurs, torse nu, avec du sang dégoulinant du front. Sous ce jeune garçon, une foule immense marche avec des pancartes sur lesquelles on peut lire : « Non au parti unique », « Vive la démocratie ». Il est dressé au lieu où s’est déroulé un des affrontements les plus sanglants du 26 mars 1991, entre les forces de l’ordre et des manifestants regroupés au sein des associations et des organisations démocratiques réclamant l’instauration du pluralisme démocratique. Le Président de la République y dépose chaque année, une gerbe de fleurs, dans le cadre des manifestations commémoratives de la journée du 26 mars, date marquant le renversement du régime de parti unique du général Moussa Traoré.

LE ROND-POINT DE L’HIPPOPOTAME

Situé sur le boulevard de l’Indépendance vers le quartier populaire de Bolibana à un kilomètre de Lafiabougou, l’Hippopotame est au centre d’une des plus belles légendes mandingues, celle de « Mali Sadio » où l’animal est présenté comme une force tranquille et bienveillante. En Bambara, la langue locale la plus parlée au Mali, l’on dit que le nom du pays vient de cet animal.

ROND-POINT DU BUFFLE OU MONUMENT DU BUFFLE

Situé à Kalabancoura sur le chemin de l’aéroport international de Bamako, ce monument présente un buffle : le buffle de Dô et porte le nom de la mère de l’ancien empereur du Mali,  Soundjata Keïta du nom de Sogolon. Dans l’épopée mandingue, Dô Kamissa, princesse de Dô, s’était transformée en buffle terrorisant les populations. Son frère cadet, le roi Sakaran Koné proposa aux frères Traoré, les chasseurs l’ayant finalement abattu de choisir parmi ses nombreuses filles. Ils ramenèrent Sogolon Koné, la plus laide, au souverain du Mandé (Famaghan Konaté), qui en fit son épouse. Ce monument rend hommage à la fois à Dô Kamissa pour son sacrifice et à Sogolon, la mère de Soundjata.

Hormis les nombreux monuments, il y a aussi des statues à Bamako qui rendent hommage aux panafricanistes ou symbolisent l’unité africaine. Comme la statue de Kwame Nkrumah, père du panafricanisme et ancien Président ghanéen ou encore celle de Patrice Emérite Lumumba, l’une des principales figures de l’indépendance du Congo, la tour d’Afrique.

Au-delà de leurs aspects esthétiques, les Bamakois utilisent les noms de ces monuments  pour s’orienter.

Pour se repérer à Bamako quand on emprunte un taxi, il est plus aisé d’indiquer son chemin ou sa destination en se référant à ses monuments.

Tous ces monuments racontant chacune une histoire, s’inscrivent dans la pérennisation de l’histoire et des valeurs du peuple malien.

Maurelle KOUAKOU (Esprit Magazine)

Publicité

Ad Widget

Recommandé pour vous

A propos de l'auteur: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 19 =